Les premiers signes d’intoxication, les risques, les bons réflexes

Contacts

Conseils

Pour vos installations de chauffage : ARS Pas-de-Calais (Agence Régionale de Santé), Tél : 03 21 60 31 73, Résidence Saint Pol, 14 voie Bossuet, Arras.
Pour la qualité de votre air intérieur : APPA (Association pour la prévention de la pollution atmosphérique)
Tél : 03 20 31 71 57, Parc Eurasanté, 235 avenue de la Recherche, Loos
postmaster@appanpc.fr

Plus d’infos

Sur le site internet www.intoxco-npdc.fr  

Service Habitat Agglo Hénin-Carvin

Tél : 03 21 79 74 99
habitat@agglo-henincarvin.fr

Chaque année, trop de personnes sont intoxiquées au monoxyde de carbone à cause de leur appareil de chauffage. Le Nord - Pas de Calais détient le triste record d’intoxiqués. Près de 50% des intoxications proviennent d’appareils utilisant le charbon comme combustible (poêles, convecteurs, cuisinières). Les caractéristiques du charbon lui procure un grand pouvoir calorifique ce qui en fait un combustible très intéressant et économique. Sa combustion lente diffuse une chaleur agréable et continue. Toutefois pour une bonne utilisation, il est impératif de respecter quelques consignes et de connaître les bons reflexes pour éviter l’intoxication cet hiver.

Pourquoi s'intoxique-t-on au monoxyde de carbone ?

Le monoxyde de carbone ou CO est un gaz incolore, inodore mais mortel. Il se dégage suite à un mauvaise combustion, quel que soit le combustible utilisé. Tous les types d'appareils de chauffage peuvent être concernés suite à un dérèglement, un mauvais entretien ou une mauvaise installation : chaudière, poêle, chauffe-eau, chauffage d'appoint mobile, insert, ...Le monoxyde de carbone se fixe sur l'hémoglobine à la place de l'oxygène, qui ne peut donc plus être transporté dans le sang, provoquant une asphyxie.

Quels sont les premiers signes d'intoxication ?

Le fait de respirer ce gaz entraîne des maux de tête, vertiges, nausées, vomissements, grandes fatigues, perte de conscience, paralysie. Si vous ressentez l'un de ces symptômes, pensez au monoxyde de carbone. Au moindre doute, arrêtez vos appareils, ouvrez vos fenêtres et consultez votre médecin Témoignage d'une intoxiquée : 
" Mon fils ne se sentait pas bien. J'ai ressenti des maux de tête très violents, après la douche je suis montée pour me sécher les cheveux et j'ai eu des violents vertiges. "

Qu'est-ce qu'on risque ?

Tout dépend de la dose inhalée, du temps passé et de vous... : les personnes âgées, les femmes enceintes, les malades et les enfants sont plus sensibles au monoxyde de carbone. L'intoxication au monoxyde de carbone peut avoir des conséquences à court et long terme :

  • ‪A court terme : une perte de connaissance, un coma ou un décès peuvent survenir d'emblée
  • L’intoxication au CO peut laisser des séquelles permanentes, de type neurologique et cardiaque : 
même s'il n'y a pas de séquelles dans l'immédiat, l'intoxication au CO peut donner des problèmes nerveux après un laps de temps sans symptômes allant jusqu'à plusieurs semaines. La victime présente alors de l'irritabilité, des troubles de la mémoire, des mouvements anormaux,… Ces troubles sont souvent, mais pas toujours, réversibles.

Quels sont les gestes qui peuvent nous sauver la vie ?

  • Entretien et vérification, par un professionnel, au moins fois par an, de toute l'installation de chauffage et de production d'eau chaude.
  • Le conduit de fumée doit également faire l'objet d'un ramonage mécanique, au moins une fois par an, pour le nettoyer mais aussi pour vérifier qu'il est en bon état et qu'il n'est pas bouché.
  • L'usage de produits chimiques ne pourra venir qu'en complément du ramonage mécanique annuel.
  • Ne bouchez jamais vos aérations. Tous les appareils à combustion ont besoin d'air pour bien fonctionner
  • Les chauffages d'appoint (poêles à pétrole par exemple) doivent être utilisés dans une pièce bien ventilée et ne doivent jamais fonctionner en continu (2 heures en continu au maximum).
  • ‪Allumez votre poêle à charbon seulement quand il fait froid : en cas de redoux, il peut y avoir refoulement des gaz brûlés dans votre logement.
  • Ne laissez jamais un moteur à explosion tourner dans un lieu mal ventilé (exemple de la voiture dans le garage, groupe électrogène ...)

Que faire en cas d'accident ?

  • Arrêter tous les appareils à combustion
  • ‪Aérer immédiatement les locaux en ouvrant portes et fenêtres
  • ‪Faire évacuer les occupants hors de l'atmosphère polluée
  • ‪Appeler les secours (Pompier : 18; SAMU : 15)
  • Ne réintégrer les locaux qu'après le passage d'un professionnel qualifié qui recherchera la cause de l'intoxication et proposera les travaux à effectuer

Qui contacter en cas de doute ?

Vous pensez être victime d'une intoxication ? Contactez le Centre Antipoison
Tél : 0 825 812 822‪

Vous vous posez des questions sur votre installation de chauffage ?

Contactez l’ARS (Agence Régionale de Santé)
Tél : 03 21 60 31 73

NOUVEAU : un service gratuit d'alerte sms en cas de redoux pour les utilisateurs de charbon

Les chauffages au charbon sont souvent mis en cause dans les intoxications au monoxyde de carbone, suite à un phénomène de redoux, des températures associé à une humidité importante et un vent faible. Météo France a étudié ces conditions climatiques afin de mettre en place un système d’alerte.

Un service totalement gratuit d’alerte a été mis en place. Le principe : vous recevrez un SMS en cas de situation météorologique à risque pour les prochaines 24 heures (2 à 3 alertes en moyenne du 15 septembre au 31 décembre 2015).

Ce service est mis en place par l'APPA en partenariat avec le syndicat territorial des distributeurs des combustibles et carburants, l'InVS et Météo France et avec le soutien financier de l'Agence Régionale de Santé du Nord-Pas de Calais.

Inscrivez-vous

Devoirs des propriétaires et locataires : qui fait quoi en matière d'entretien des installations ?

Locataire

Le locataire doit prendre à sa charge :

  • ‪Les travaux d’entretien courant
  • Entretien des appareils à combustion.
  • ‪Ramonage des conduits de fumée.
  • Nettoyage des bouches et conduits d’aération.
  • Les menues réparations : Bilames, sondes de sécurité, pistons, membranes, joints (sauf si elles sont occasionnées par vétusté, malfaçon, vice de construction, cas fortuit ou force majeur) sont à changer régulièrement.

Propriétaire

Tout ce qui n'est pas à la charge du locataire est à la charge du propriétaire.