Portrait d'un agriculteur bio du territoire

Contact

Service Environnement, Agglo Hénin-Carvin
Tél : 03 21 79 74 94
environnement@agglo-henincarvin.fr

actu_environnement_francois-desruelles-agroculteur-bio_2018Vous êtes peut-être déjà tombé sur des panneaux d’informations aux abords des champs à l’entrée de Carvin ? Pourquoi ? Une initiative portée par François Desruelles, exploitant agricole bio de 55 ans basé à Carvin « pour montrer aux gens mon travail ». Une initiative soutenue par l’association Chorophylle Environnement dont il est adhérent et la Communauté d’Agglomération Hénin-Carvin qui finance l’association à hauteur de 800 € chaque année pour son travail de pédagogie à l’environnement.

Sur un site situé le long de la Trame Verte à Carvin, François Desruelles cultive et implante une agriculture bio. Son objectif : changer les modes d’alimentation et de consommation des habitants. Et pour cela, « il est évident de changer le mode d’agriculture pour qu’il puisse avoir sa place dans notre société », souligne-t-il.

C’est tout naturellement qu’il a convié Christophe Pilch, président de la Communauté d’Agglomération Hénin-Carvin, Philippe Kemel, maire de Carvin et Claude Fauqueur, président de l’association Chorophylle Environnement pour inaugurer ces panneaux d’informations qui vont peut-être être un point de départ qui va permettant, de changer les mentalités et inciter le public à tendre vers une consommation bio.

Précurseur dans le domaine du bio, François Desruelles s’est investi il y a plus de trente ans à Carvin à convertir ses parcellles en bio. Malgré des débuts difficiles, « car à l’époque, le bio, ça ne se faisait pas » souligne François, son ambition a fini par payer. Sur ses terres, il cultive céréales (blé, avoine, orge, triticale), féverole (produit pour l’alimentation animale), pois de conserve, pomme de terre, chicorée à café, oignons et carottes. Aujourd’hui, l’ensemble des ses parcelles, soit environ 90 hectares basées à Carvin, sont cultivées en bio, quatre personnes y travaillent à temps plein. Il approvisionne également des Biocoop via Norabio, qui regroupent pas moins de 120 producteurs bio en Hauts-de-France.

Le point fort de François : innover, expérimenter et se remettre en question : « Faire du bio, c'est aussi accepter de ne pas tout maîtriser, comme la météo par exemple ».

François Desruelles ne s’arrête pas là, il transmet son savoir dans les écoles d’agriculture et accueille des étudiants sur son exploitation. Il a également pour projet de créer un magasin de vente directe pour ses successeurs : « il faudra cependant développer la gamme et travailler avec d’autres producteurs bio ».

Un bel exemple à suivre !